Nos subventions de 2014



Conformément à ses missions, l’Agence de l’Eau du Liptako (AEL) se doit de mettre en œuvre des actions concrètes sur le terrain dans l’optique de rendre effective la GIRE dans son espace de gestion à travers la résolution des problèmes réels des populations en matière d’eau. Certains de ces problèmes sont entre autres, le comblement des barrages, les menaces sur les digues des barrages et de manière générale la disponibilité de l’eau pour la production. C’est pourquoi, bien que le SDAGE (document fondamental de planification et d’orientation des actions sur l’ensemble du bassin) de l’AEL ne soit pas encore disponible, des actions d’urgence sont menées pour répondre aux besoins des populations. Ce sont entre autres les actions de sensibilisation sur les mauvaises pratiques, les actions de protection des berges (délimitation et reboisement….), les traitements de ravines ou de rigoles et le renforcement des capacités des acteurs locaux à mieux contribuer à rendre effective la GIRE dans l’espace de gestion de l’AEL.

C’est dans cette logique que, avec les Comités Locaux de l’Eau (CLE) et les Collectivités Territoriales de son espace de gestion, l’Agence de l’eau du Liptako mène des activités de protection des berges par le reboisement, la sensibilisation des acteurs et la délimitation des berges à travers des subventions. Ces subventions sont accordées sur la base d’un programme d’activité annuel bien précis à travers un protocole d’accord entre les partis prenants.

L’objectif des protocoles est de fixé les modalités d’allocation et de gestion des fonds pour la mise en œuvre des activités retenues.
Ainsi, au titre de l’année 2014, le montant total des subventions de l’AEL pour la mise en œuvre des actions de protection et de restauration des ressources en eau s’élève à vingt-trois millions huit cent quatre-vingt-douze milles (23 892 000) Francs CFA répartis comme suit :

1. CLE Lilgouré : Deux millions six cent quarante milles (2 640 000) F CFA pour réaliser des activités de protection du barrage de lilgouré à travers la réalisation de cordons pierreux le long du barrage (6000 m), la végétalisation des cordons pierreux (6000 plants) et le renforcement des capacités des acteurs locaux.

2. CLE Yakouta : Trois millions sept cent vingt-cinq milles (3 725 000) F CFA pour réaliser des activités de protection du barrage de yakouta à travers le traitement de ravines ou de rigoles identifiées dans le sous bassin dudit barrage, le reboisement (mise en terre de 10000 plants) et le renforcement des capacités des acteurs locaux. .

3. Mairie de Dori: Douze millions cinq cent milles (12 500 000) pour mettre en œuvre les travaux de délimitation du périmètre de protection du Barrage de yakouta (concertations avec les couches sociales, levé topographique, confection et implantation des bornes, reboisement)

4. Mairie de Tin Akoff : Cinq millions (5 000 000) de F CFA pour mettre en œuvre les travaux de protection des berges du cours d’eau béli (fixation de dunes de sable, réalisation de cordons pierreux, réalisation de seuil en pierre sèches et reboisement) dans la commune de Tin Akoff.

Aller au haut